Bienvenue sur WESRA (Web ESRA ou Werber ESRA), la Web Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu de Bernard Werber
1 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne. [Devenez membre privilégié en cliquant ici]
Activité du Site
Pages vues depuis 01/11/2007 : 1 109 509
  • Nb. de Membres : 45
  • Nb. d'Articles : 290
  • Nb. de Forums : 0
  • Nb. de Sujets : 22
  • Nb. de Critiques : 0

Top 10  Statistiques

Ephémérides
En ce jour...
1813
Napoléon est vaincu à la "bataille des Nations".
1925
Signature des accords de Locarno en Suisse.
1963
L' "incident de Babelberg" est réglé entre les Soviétiques et les Britanniques après 9 heures de négociations.
2007
Ste Edwige

esra : L’art de la fugue

Écrit par EdmondWells. Posté le Mercredi 31 octobre 2007 @ 19:18:23 par Admin
La « fugue» est une évolution par rapport au canon. Si, dans le canon, on œuvre toujours sur un seul thème « torturé » dans tous les sens pour voir comment il interagit avec lui-même, la fugue, elle, peut présenter plusieurs thèmes différents. L’Offrande musicale de Jean-Sébastien Bach constitue l’une des plus belles architectures de fugue.

Comme nombre d’entre elles, elle part en do mineur mais, à la fin, par un tour de passe-passe digne des meilleurs prestidigitateurs, elle s’achève en ré mineur. Et cela, sans que l’oreille de l’auditeur le plus attentif ait pu déceler l’instant où s’est opérée la métamorphose.

A l’aide de ce système de « saut » d’une tonalité, on pourrait répéter à l’infini l’Offrande musicale sur toutes les notes de la gamme. « Ainsi en va-t-il de la gloire du roi qui ne cesse de s’élever en même temps que la modulation », expliquait Bach.

Summum de l’art fuguesque: le morceau l’Art de la fugue dans lequel, juste avant de mourir, Jean Sébastien Bach a voulu expliquer au commun des mortels sa technique de progression musicale en partant de la simplicité, pour aller vers la complexité absolue. Il a été arrêté en plein élan par des problèmes de santé (il était presque aveugle). Cette fugue est donc inachevée.

Il est à noter que Bach l’a signée en utilisant pour thème musical les quatre lettres de son nom. Dans le solfège allemand, B correspond à la note si bémol, A au la, C au do et H au si simple. Bach = si bémol, la, do, si.

Bach était à l’intérieur même de sa musique et comptait sur elle pour s’élever comme un roi immortel vers l’infini.



Note : "
Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu
ESRA Tome 3 [La révolution des fourmis]
Bernard Werber
"

Liens Relatifs



    L'Article le plus lu à propos de Musique :


    Les dernières nouvelles à propos de Musique :

    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 

    "esra : L’art de la fugue" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire
    Seuil

    Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.


    Sondage

    Etes-vous pour la mise en place d'un forum sur le site ?
     oui, le site doit s'ouvrir un peu
     non, le site doit rester fermé

      Results, Résultats


    • Votes : 105
    • Commentaire(s) : 0
    Sujets
    Choc des civilisations
    Comportements animaux
    Comportements humains
    Dazibao
    Destins particuliers
    Enigmes
    Esotérisme et symbolique
    Expériences pratiques
    Jeux d'esprit
    Jeux de langue
    Matière grise
    Musique
    Origines de l'humain
    Peuples et civilisations
    Prises de conscience
    Psychologie
    Quantique et philosophie des sciences
    Recettes
    Règne végétal
    Spiritualité
    Stratégie
    Utopies