Bienvenue sur WESRA (Web ESRA ou Werber ESRA), la Web Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu de Bernard Werber
1 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne. [Devenez membre privilégié en cliquant ici]

esra : Procès d’animaux

Écrit par EdmondWells. Posté le Vendredi 02 novembre 2007 @ 18:49:52 par Admin
De tout temps, les animaux ont été considérés dignes d’être jugés par la justice des hommes. En France, dès le Xe siècle, on torture, pend et excommunie sous divers prétextes des chats, des ânes, des chevaux ou des cochons.

En 1120, pour les punir des dégâts qu’ils causaient dans les champs, l’évêque de Laon et le grand vicaire de Valence excommunièrent des chenilles et des mulots. Les archives de la justice de Savigny contiennent les minutes du procès d’une truie, responsable de la mort d’un enfant de cinq ans. La truie avait été retrouvée sur les lieux du crime en compagnie de six porcelets aux groins encore couverts de sang. Étaient-ils complices? La truie fut pendue par les pattes arrière en place publique jusqu’à ce que mort s’ensuive. Quant à ses petits, ils furent placés en garde surveillée chez un paysan. Comme ils ne présentaient pas de comportements agressifs, on les laissa grandir pour les manger « normalement » à l’âge adulte. En 1474, à Bâle, en Suisse, on assista au procès d’une poule accusée de sorcellerie pour avoir pondu un œuf ne contenant pas de jaune. La poule eut droit à un avocat qui plaida l’acte involontaire. En vain. La poule fut condamnée à être brûlée vive sur un bûcher. Ce ne fut qu’en 1710 qu’un chercheur découvrit que la ponte d’œufs sans jaune était la conséquence d’une maladie. Le procès ne fut pas révisé pour autant. En Italie, en 1519, un paysan entama un procès contre une bande de taupes ravageuses. Leur avocat, particulièrement éloquent, parvint à démontrer que ces taupes étaient très jeunes, donc irresponsables et que, de surcroît, elles étaient utiles aux paysans puisqu’elles se nourrissaient des insectes qui détruisaient leurs récoltes. La sentence de mort fut donc commuée en bannissement à vie du champ du plaideur.

En Angleterre, en 1622, James Porter, accusé d’actes fréquents de sodomie sur ses animaux familiers, fut condamné à la décapitation mais ses juges, considérant ses bêtes comme autant de complices, infligèrent la même peine à une vache, deux truies, deux génisses et trois brebis.

En 1924 enfin, en Pennsylvanie, un labrador mâle du nom de Pep fut condamné à la prison à vie pour avoir tué le chat du gouverneur. Il fut écroué sous matricule dans un pénitencier où il mourut de vieillesse six ans plus tard.



Note : "
Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu
ESRA Tome 3 [La révolution des fourmis]
Bernard Werber
"

Liens Relatifs



    L'Article le plus lu à propos de Comportements humains :


    Les dernières nouvelles à propos de Comportements humains :

    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 

    "esra : Procès d’animaux" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire
    Seuil

    Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.


    Sondage

    Etes-vous pour la mise en place d'un forum sur le site ?
     oui, le site doit s'ouvrir un peu
     non, le site doit rester fermé

      Results, Résultats


    • Votes : 105
    • Commentaire(s) : 0
    Sujets
    Choc des civilisations
    Comportements animaux
    Comportements humains
    Dazibao
    Destins particuliers
    Enigmes
    Esotérisme et symbolique
    Expériences pratiques
    Jeux d'esprit
    Jeux de langue
    Matière grise
    Musique
    Origines de l'humain
    Peuples et civilisations
    Prises de conscience
    Psychologie
    Quantique et philosophie des sciences
    Recettes
    Règne végétal
    Spiritualité
    Stratégie
    Utopies